FR | EN

La tête dans
les nuages

Le cloud c’est aussi du camion

A l’heure du cloud et des réseaux triomphants, Amazon propose un nouveau service de transport de données numériques… par camion. Une semi-remorque d’un nouveau genre qui vient pomper les data des entreprises pour les déverser dans des bacs de stockage. Anachronique ? Pas vraiment !

Les déménageurs de l’immatériel
Vous avez des tonnes de données numérisées qui encombrent le grenier de votre entreprise ? Appelez la Snowmobile d’Amazon. Une semi-remorque va venir pour vous débarrasser de tout ça, comme des déménageurs de l’immatériel.

Certes, cette solution de transport de datas est plutôt réservée aux entreprises qui croulent sous des monceaux de serveurs pleins comme des œufs. Nous parlons ici de Petaoctets de données informatiques (million de milliards d’octets). Du lourd ! Rien à voir avec votre collection de selfies, de musique et de films qui doivent flirter, au mieux, avec le téraoctet (mille gigaoctets). Côté transport, c’est donc aussi du lourd. Du poids-lourd même car c’est un semi-remorque bien ancré sur ses roues qui se déplace pour charger la cargaison. Du travail à l’ancienne pour une option vraiment « out of the box » !

« Chéri, je sors vidanger le cloud »
À l’image d’un camion-citerne, les données sont pompées depuis le serveur du client, stockées dans le serveur mobile du camion et transportées jusqu’à l’un des data center d’Amazon, leur destination finale. Et aussi étrange que cela puisse paraître, le gain de temps est énorme, même en cas de bouchon sur le trajet !

Comptez moins d’une semaine pour transporter vos 100 Po par la route contre plus de 6 mois via un classique réseau. Convaincu ?
Alors verra-t-on bientôt des trains de camions « data serveurs » déambuler sur les routes de France ? Le low-tech reste parfois l’option la plus judicieuse. Et vue l’explosion de datas dans le monde, il va bien falloir trouver des solutions d’infrastructures, de stockage et de transport.

Un cloud de plus en plus lourd
Les données ? Impossible de savoir combien seront en circulation dans 10 ou 15 ans. Il y en aurait déjà plus que de grains de sable dans le monde. Le trafic de data a été multiplié par 18 en 5 ans.

Le cloud est certes une image forte, qui laisse rêver à des données flottant dans le ciel. Mais dans la vraie vie, le cloud, ça prend de la place. Le site Data Center Map dénombre 3 625 centres de stockage (8,6 millions en incluant les serveurs internes) sur la planète. Et un data center, ce n’est pas une petite armoire : 75 000 m² pour le géant portugais construit à Covihla, 166 000 m² pour le projet Apple en Irlande. Et côté consommation, on atteint, là aussi, des sommets : en 2016 ils engloutissaient 3 % de l’électricité mondiale. Le projet d’Apple en Irlande devrait faire grimper la consommation du pays de plus de 8 %.

3 %
La part des data center dans la consomation mondiale d'éléctricité.

Bref, le cloud prend de la place, consomme et produit du déchet, sous forme de chaleur, recyclable pour le chauffage urbain. Le cloud et les datas, c’est tout sauf de l’immatériel, comme le semi-remorque de déménagement nous le rappelle. Tôt ou tard, les réseaux et infrastructures de stockage devront être rénovés. Une taille critique pourraient même être atteinte dans notre emploi de la data… Sans quoi, gare aux embouteillages, sur nos bonnes vieilles autoroutes de l’information.

Pour en savoir plus sur nos solutions cloud, consultez notre site https://www.fr.capgemini.com/cloud-choice-0

Fichier 1

Thanks to rotate your device.